Mardi 24 novembre 2020

Le MCC

Rejoignez le Mouvement des Citoyens pour le Changement

Abonnez-vous à notre Newsletter

E-mail:

Le mot de Gérard Deprez

ENFIN !

Avant tout, une fois n’est pas coutume, je tiens à féliciter le Premier Ministre, ainsi que l’ensemble des négociateurs des huit partis pour avoir réussi, au prix d’immenses efforts, à sortir notre pays de l’impasse politique dans laquelle il a été plongé pendant 541 jours.

Bien sûr, tout le monde aurait souhaité que les choses aillent plus vite.  Mais il a fallu d’abord satisfaire à une exigence incontournable en démocratie, c’est-à-dire essayer de former une coalition avec le parti sorti vainqueur en Flandre des élections de juin 2010.

L’ennui – et le mot est faible – c’est que les autres partis sont tombés sur un partenaire impossible. Devenu trop vite obèse suite à sa fulgurante victoire électorale, la NVA est restée très maigre en fiabilité, quasi anorexique en capacité de compromis et franchement squelettique  en sens de l’Etat et de l’intérêt général. Oui, c’est aussi simple que cela : la durée de cette interminable crise est imputable pour l’essentiel  au maximalisme fuyant, voire à la fourberie de la NVA. Il y a des partis qui, au lieu de chercher des solutions, vivent des problèmes, les alimentent en bactéries pour les rendre plus aigus, dans l’espoir de ramasser les plats du prochain festin électoral.

Quoi qu’il en soit, nous avons un accord sur une nouvelle réforme de l’Etat. Serait-ce la dernière ? Que nenni, et prenons garde à ne pas reproduire la cécité et la surdité dont nous avons fait preuve dans un passé récent. En Belgique, tout accord institutionnel est toujours l’aboutissement d’un conflit antérieur en même temps qu’il est le point de départ de revendications futures. Le savoir et se préparer sereinement à y faire face n’est pas signe de pessimisme ni de lâcheté. La lucidité est la condition première de la responsabilité.

Sur le plan socio-économique, le programme du gouvernement à six est  impressionnant : un effort d’assainissement budgétaire sans précédent, des réformes structurelles importantes en matière de chômage, de pensions, de prépensions, d’emploi, une politique d’asile et d’immigration plus cohérente … Des sanctions renforcées pour les récidives les plus graves.

Bien sûr, à mon estime, certaines réformes pourraient entrer en vigueur plus vite qu’annoncé, certaines mesures pourraient être mieux calibrées, d’autres pourraient  – et devront de toute évidence – être amplifiées. Mais l’essentiel n’est pas là. Prises dans leur ensemble, les mesures annoncées par le gouvernement sont nécessaires, elles paraissent efficaces et, globalement, elles respectent les exigences de la justice sociale.

C’est pourquoi je veux réagir avec vigueur contre ce slogan provocateur dont la NVA semble s’être fait une spécialité : « Ce sont les Flamands qui vont payer le plus. »

Dire cela, c’est insulter l’Etat de droit qui régit notre pays. En Belgique, à revenu égal ou à situation analogue, tous les citoyens, d’où qu’ils soient, paieront le même prix et feront les mêmes efforts. Et s’il est vrai que ce sont les citoyens du Nord du pays, pris ensemble,  qui feront la contribution la plus importante en volume, c’est parce qu’ils sont, à la fois – et de loin – les plus nombreux et les plus riches.

Aurait-il fallu, pour apaiser un certain national-populisme flamand, que ce soient les moins nombreux ou les moins riches  ou les deux à la fois  qui paient le plus lourd tribu ? Dans quelle religion, dans quelle philosophie, dans quel humanisme, dans quelle théorie de la justice trouve-t-on un raisonnement aussi sordide ?

A l’évidence, dans les prochaines années, la route sera rude. Le Premier Ministre a dit : « Ensemble, avec le nouveau gouvernement, nous franchirons les obstacles et rendrons espoir à nos concitoyens. » Mon oncle, un Ardennais taiseux qui avait fait la guerre, disait plus simplement « Quand faut y aller, faut y aller ! »

Allez, on y va. Et bonne année 2012 à toutes et à tous.

Gérard DEPREZ
Sénateur, Ministre d’Etat, Président du MCC

Laisser une réponse

Le MCC est une composante du MR

MCC, Mouvement des Citoyens pour le Changement - Rue de la Vallée, 50 - 1000 Bruxelles - Tél: 02/642 29 99 - Fax: 02/642 29 90

Protection de la vie privée Tous droits réservés sur les différents logos et images utilisés sur le site internet sont la propriété exclusive du MCC, Mouvement des Citoyens pour le Changement. 
Toutes autres sociétés et produits cités sur ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs.