Lundi 23 novembre 2020

Le MCC

Rejoignez le Mouvement des Citoyens pour le Changement

Abonnez-vous à notre Newsletter

E-mail:

Les fonds européens. Quelle attribution ? Quelle utilisation ? Quel impact ?

Parlement des Animateurs du 7 mars 2015

Les Animateurs du MCC se sont retrouvés à Wépion le 7 mars dernier. La question du jour était de comprendre comment sont attribués les fonds européens consacrés au développement économique des régions, comment ils sont utilisés et comment on en mesure l’impact sur l’économie de la région qui en a bénéficié.

Illustration_articlePour en parler : Monsieur Jean-Yves HUWART, ancien journaliste économique, auteur de plusieurs ouvrages dont le livre « Le second déclin de la Wallonie » (2007),et aujourd’hui entrepreneur.

Ayant été journaliste économique à l’Echo pendant 6 ans, Monsieur Huwart précise comment il a été progressivement amené à se poser des questions sur l’utilisation des fonds européens en Wallonie. En effet, à la fin des années 90, en s’intéressant de près aux chiffres, il a pu constater la tendance à la baisse des performances de l’économie wallonne, alors que la politique économique était aux mains de dirigeants wallons qui annonçaient une relance de l’activité.

Pour relancer l’économie, ajoute Monsieur Huwart, la manne qui est venue des fonds européens a été la bienvenue. Le Hainaut, par exemple, province reconnue comme « en retard de développement », a bénéficié, dans une première phase, d’une enveloppe d’un milliard et demi de francs.

Mais comment a-t-on affecté cet argent ?

Grosso modo, explique-t-il, le mécanisme est le suivant : l’Europe décide d’une somme à attribuer. Ensuite il faut que les responsables politiques de la région concernée rentrent une série de projets qui correspondent à des critères prédéfinis. La décision de l’affectation des fonds est laissée aux autorités locales. A la fin des six années, il faut remettre des rapports d’évaluation et estimer l’impact positif de l’utilisation de cet argent. Mais s’il y a constat d’échec, cela reste sans suite.

C’est ce qui s’est passé dans le Hainaut. Les autorités ont remis une liste de 320 projets à financer dont, par exemple : des maisons de village, des centres de la poterie, une chaudière pour une piscine, etc… Et au terme de cette première phase d’investissement ….. le Hainaut n’avait pas du tout progressé en matière de développement !!!! Il avait même reculé en termes de PIB.

Il y a eu un manque criant de coordination dans l’utilisation de ces fonds et leur répartition s’est faite  plus sur une base de saupoudrage où chaque ville veut obtenir au moins autant que sa voisine plutôt que sur base d’une « culture du résultat ».

Jean-Yves Huwart cite un exemple : les plateformes logistiques, qui permettent de faire un lien entre les transports par train, par bateau et par route.

Sur le canal du Centre, on trouve 4 plateformes identiques : chaque ville a voulu la même plateforme que sa voisine. Or, il faut suffisamment d’activités pour qu’une plateforme soit rentable. Sinon, elle devient une charge au lieu d’être une source de revenus, et elle coûte en entretien. Et c’est ce qui se passe : certaines d’entre elles sont déjà en train de se délabrer. Au moment de leur création, la question de la taille critique par rapport à la région à couvrir n’a pas été abordée !

On le voit, on n’a pas optimisé l’utilisation des fonds européens. On constate même de sérieux manquements, des dysfonctionnements.

Il faudrait faire les choses différemment, déclare Monsieur Huwart.

Que faudrait-il changer ?

Selon lui, il faudrait à coup sûr se focaliser davantage sur le résultat. Ne pas rester dans la logique de la « réplication » mais s’inscrire résolument dans la logique du développement.

Il faudrait changer radicalement de méthode. Ne pas laisser les décisions aux mains de technocrates, très compétents, c’est sûr, mais aussi très éloignés de la réalité du terrain.

Il faudrait enfin responsabiliser les acteurs sur le terrain, mais surtout, il faudrait plus de transparence.

Il faudrait entrer dans une logique d’ « open gouvernement », dans une logique participative.

A en juger par la longueur et la qualité de la discussion qui a suivi, l’exposé de Jean-Yves Huwart a frappé juste. La Région wallonne a un besoin urgent d’améliorer sa gouvernance.

Laisser une réponse

Le MCC est une composante du MR

MCC, Mouvement des Citoyens pour le Changement - Rue de la Vallée, 50 - 1000 Bruxelles - Tél: 02/642 29 99 - Fax: 02/642 29 90

Protection de la vie privée Tous droits réservés sur les différents logos et images utilisés sur le site internet sont la propriété exclusive du MCC, Mouvement des Citoyens pour le Changement. 
Toutes autres sociétés et produits cités sur ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs.