Jeudi 26 novembre 2020

Le MCC

Rejoignez le Mouvement des Citoyens pour le Changement

Abonnez-vous à notre Newsletter

E-mail:

Parlement des Animateurs 12/09/2009

Le Parlement des Animateurs du MCC s’est réuni ce samedi 12 septembre 2009 à Bruxelles sous la présidence de Marc Bertrand, Délégué Général des Animateurs, et en présence de l’ensemble des parlementaires du MCC, Philippe Collard, Alain Courtois, Jean-Jacques Flahaux, Richard Fournaux et Marie Christine Marghem.

Au cours de cette réunion, les Animateurs du MCC ont longuement débattu le texte d’une motion politique proposée par l’Exécutif du MCC et présentée par M C Marghem.

Au terme des débats, le Parlement des Animateurs a approuvé à l’unanimité moins deux abstentions le texte qui suit.

MOTION POLITIQUE

I.
Dans toute société démocratique, les élections constituent le moment par excellence d’expression de la souveraineté du peuple : celui où les citoyens jugent leurs représentants, manifestent leur volonté de continuité ou de changement, choisissent leurs élus ou les sanctionnent.
C’est pourquoi il est essentiel d’en analyser les résultats avec lucidité et rigueur.
L’honnêteté intellectuelle oblige ainsi de reconnaître que les élections du 7 juin 2009 ont représenté pour le MR un triple échec.
– Un échec électoral d’abord : 14.000 voix de moins que le mauvais résultat de 2004, 150.000 de moins que l’excellent résultat de 2007, un siège perdu en Région wallonne, un à Bruxelles, un à l’Europe.
– Un échec politique ensuite : l’objectif présidentiel de faire du MR, le premier parti de Wallonie et de la Communauté française n’a pas été atteint, pire il s’est éloigné.
– Un échec stratégique enfin : non seulement le MR n’est pas parvenu à mettre le PS dans l’opposition, mais c’est lui qui s’y retrouve, isolé, rejeté par trois autres partenaires démocratiques.

II.
Au vu de ces résultats que des responsables du MR ont cherché, au départ, à minimiser sinon même à camoufler maladroitement, plusieurs mandataires, de nombreux militants et de plus en plus de citoyens ont commencé à manifester publiquement leur mécontentement à travers de nombreuses critiques.
Toutes ces critiques ont fini par se cristalliser sur la question du cumul présidentiel.

III.
A l’évidence, la trêve estivale a été mise à profit par Didier Reynders pour réfléchir aux moyens d’endiguer le mécontentement, de désamorcer les critiques et de relancer une dynamique positive au sein du MR.
C’est ainsi que Didier Reynders vient d’annoncer plusieurs mesures destinées à apaiser le mouvement et à le repositionner comme grand parti populaire :
– un fonctionnement plus démocratique du mouvement par la réunion régulière du bureau, du Conseil, organes statutaires placés sous éteignoir depuis plusieurs années ;
– une actualisation du Manifeste du MR pour mieux prendre en compte les réalités nouvelles et mieux répondre aux aspirations des citoyens ;
– un grand Congrès politique, au printemps 2010, – « Le printemps des Réformes » – centré sur le programme à présenter aux électeurs en 2011.

Le MCC ne peut que se réjouir de cette volonté de réforme qui correspond parfaitement à ses priorités, aux attentes de la population et à l’exigence, pour la Wallonie, d’accélérer son développement pour combler le fossé qui continue de s’accroître par rapport aux régions et aux pays voisins.

Dans le même temps, Didier Reynders a annoncé que tout pourra être ouvertement débattu – qu’il s’agisse de la dénomination du parti ou du cumul présidentiel – et démocratiquement tranché lors de ce Congrès.

IV.
Reste que, vu l’annonce par Didier Reynders que d’ici au printemps 2010, il continuera de cumuler fonction présidentielle et fonction ministérielle, et qu’au cas où il devrait y renoncer, il choisira la présidence, le MR risque de se transformer en bouilloire sous pression , à la merci du moindre coup de chaleur.
Pendant des mois, le débat sur le cumul – qui masque en réalité le débat sur la présidence – va empoisonner la vie du MR et engendrer une « drôle de guerre » des clans entre partisans et adversaires de la légitimité présidentielle.
Tout l’effort de relance doctrinale et programmatique risque d’être parasité, voire même paralysé, par cet état de fait qui produira inévitablement des affrontements, voire des déchirures. La machine à perdre sera mise en mouvement.

V.
Le MCC est d’avis qu’il ne faut pas s’engager dans cette voie. La question présidentielle doit être tranchée d’abord. Entre un président qui annonce qu’en toute hypothèse il restera et ceux qui pensent que l’urgence est de changer de président, le chemin proposé ne peut conduire à aucun compromis honorable.

Pour trancher ce dilemme, il n’y a qu’une voie : celle de la démocratie. La question présidentielle ne peut être tranchée que par ceux-là mêmes qui ont le pouvoir statutaire de choisir le président, à savoir les membres du MR.
Le mieux serait sans doute d’organiser immédiatement une élection présidentielle en bonne et due forme. Il suffirait pour cela que le président accepte de remettre volontairement son mandat en jeu.

Dans l’éventualité où il ne serait pas disposé à le faire, il existe une autre possibilité qui correspond parfaitement à la philosophie du MR et qui pourra apporter démocratiquement clarté et apaisement : le referendum ou la consultation populaire.

A défaut d’élections présidentielles en bonne et due forme, le MCC demande que soit organisée d’urgence une consultation de l’ensemble des membres du MR portant sur les deux questions suivantes :

1. Estimez-vous souhaitable que le Président du MR cumule les fonctions de Président du MR et de membre du Gouvernement ?
Oui Non

2. Si vous avez répondu non à la première question, quelle est, selon vous, la fonction que l’actuel Président du MR doit abandonner :
– la présidence du MR O
– la fonction ministérielle O

Il va de soi qu’au préalable tous les membres du MR, à commencer par les plus hauts responsables, se seront engagés publiquement à respecter la volonté exprimée par le suffrage universel, quel que soit le résultat.

VI.
Le MCC est déterminé à s’engager activement et loyalement dans l’effort collectif de redéploiement du MR avec l’objectif de renforcer le grand parti populaire réformateur de centre droit dont le monde francophone a besoin d’urgence. Mais il veut le faire dans un climat apaisé, débarrassé de toute querelle de légitimité et dans une ambiance créative, tendu vers le seul objectif de répondre aux attentes des citoyens.

Laisser une réponse

Le MCC est une composante du MR

MCC, Mouvement des Citoyens pour le Changement - Rue de la Vallée, 50 - 1000 Bruxelles - Tél: 02/642 29 99 - Fax: 02/642 29 90

Protection de la vie privée Tous droits réservés sur les différents logos et images utilisés sur le site internet sont la propriété exclusive du MCC, Mouvement des Citoyens pour le Changement. 
Toutes autres sociétés et produits cités sur ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs.