Jeudi 26 novembre 2020

Le MCC

Rejoignez le Mouvement des Citoyens pour le Changement

Abonnez-vous à notre Newsletter

E-mail:

Parlement des Animateurs du MCC le 6 décembre à La Louvière

La-Ministre-Marghem-à-La-Louvière-6-12-2014Pour son lancement, la jeune section du MCC de la Louvière a pris l’initiative d’organiser une réunion du Parlement des Animateurs du MCC le 6 décembre dernier. La Ministre de l’énergie, Marie Christine Marghem, y a pris la parole et a abordé le problème de « la sécurité d’approvisionnement énergétique en Belgique ».

Accueil très chaleureux, donc, dans la belle salle de la Maison des associations, au cœur de la cité des Loups

« La Strada », c’est quoi?

A l’ordre du jour de la réunion, dans un premier temps, une discussion sur un problème auquel sont confrontées pas mal de villes en ce moment : la revitalisation des centres villes, qui souffrent d’une offre commerciale incomplète, d’un manque de possibilités de stationnement ainsi que de la concurrence des centres commerciaux situés en périphérie. Sujet essentiel s’il en est pour les habitants du centre de La Louvière, car, en plus de connaître toutes ces difficultés, ils doivent aussi vivre, depuis des années, avec la présence d’une friche industrielle de plusieurs hectares située au cœur même de la ville, le site de l’ancienne faïencerie Boch.

Un projet de développement du centre-ville, de très grande envergure, arrive maintenant à terme, après des années de préparation et de négociations. Il a pour nom : « La Strada ». Pour en parler, les promoteurs du projet avaient été invités : Monsieur Wilhelm, Chief executive officer, accompagné par Monsieur Dumonceau de la société Wilhelm & Co ainsi que Monsieur Bury, président des commerçants louvièrois.

La société Wilhelm & Co a une grande expertise en matière d’aménagement et de développement de grands projets urbains multifonctionnels. Son nom est attaché en Belgique à deux projets emblématiques : « L’esplanade »  à Louvain-la-Neuve et « Médiacité », un vaste projet de régénération d’un quartier industriel de Liège.

Dans le cas de « La Strada », explique Monsieur Wilhelm, il s’agira de développer une mixité urbaine: commerces, musée, loisirs, équipement communautaire et logements. « La Strada » sera facilement accessible via un contournement routier, de vastes parkings seront disponibles et le site se trouve en face de la gare à laquelle il sera relié par une passerelle et du Centre aquatique sportif et de loisirs. Tous ces éléments sont des « plus » qui ont attiré les concepteurs du projet.

L’objectif est de créer un nouveau lieu de vie au cœur de La Louvière. « Notre but n’est pas seulement de permettre à un maximum de personnes de faire leurs courses mais bien de leur permettre de passer une bonne partie de la journée à La Louvière. Nous voulons donc créer des synergies entre les différentes infrastructures existantes. »

Pour Monsieur Bury, président de l’Union des Commerçants de La Louvière, ce projet, il en est convaincu, permettra de lutter contre l’image négative dont souffre aujourd’hui la ville de La Louvière et de freiner l’exode des consommateurs vers les centres commerciaux des villes environnantes. Les commerces devront s’adapter, c’est certain, mais ce sera pour eux une véritable opportunité commerciale.

À l’évidence, la nombreuse assistance a été séduite par le projet.

Le délestage, c’est quand ?

Autre point à l’ordre du jour, en deuxième partie de réunion : «  la sécurité d’approvisionnement énergétique en Belgique ».

Y aura-t-il un black-out ou non cet hiver ? Pour en parler, la Ministre de l’Energie, Marie Christine Marghem.

En 2003, explique la Ministre, avec la loi de sortie du nucléaire, le Gouvernement a convenu qu’à l’horizon 2025 la Belgique devrait pouvoir se passer complètement du nucléaire. Il fallait donc, en conséquence, trouver le mix énergétique idéal mais, comme il n’y avait pas d’unité de vue au sein des gouvernements, depuis 10 ans, la politique énergétique a été assez erratique, pour ne pas dire inexistante, ce qui nous place aujourd’hui devant une possibilité de pénurie.

Certaines zones pourront donc être « délestées », en fonction du plan de délestage imaginé au moment de la décision de sortie du nucléaire. Faute de pouvoir produire suffisamment en période de pointe il n’y aura pas d’autre alternative que de se tourner vers le consommateur en lui demandant de consommer moins.

Le parc nucléaire belge se compose de sept centrales dont deux sont à l’arrêt et ne rentreront pas rapidement en activité. Suite en outre à différents problèmes techniques survenus récemment, la Belgique reconnaît qu’elle n’est pas capable de fournir les 14.000 MW nécessaires en période de pointe. Actuellement, nous pourrions arriver à une production maximum de 12.000MW. Bien sûr, nous avons des interconnexions avec la France, les Pays-Bas ou la Grande-Bretagne pour notre approvisionnement électrique. Mais la dépendance à l’égard de fournisseurs extérieurs n’est pas un bon choix: l’objectif que nous devons poursuivre, c’est d’être suffisamment indépendants.

Il faut donc trouver des solutions efficaces pour que le mix énergétique puisse couvrir les besoins des Belges sans trop dépendre des pays voisins. Et cela, c’est le vrai défi.

Selon moi, ajoute encore la Ministre,  » nous aurons toujours besoin d’un pourcentage de chaque énergie dans le mix. Une portion du nucléaire sera inévitable, j’en suis convaincue car c’est une énergie « constante » au contraire du solaire ou de l’éolien qui dépendent des conditions climatiques. Mais la priorité c’est de soutenir la recherche et le développement pour le stockage de l’énergie, car c’est là que se trouve la difficulté. Des expériences de stockage d’énergie existent déjà chez nous, comme à Coo-Trois-Ponts :  une station de turbinage et de pompage «STEP» a été construite pour faire des réserves d’électricité. Le principe est d’accumuler de l’énergie sous forme d’énergie potentielle hydraulique entre un bassin en hauteur et un réservoir d’eau inférieur. L’eau du réservoir inférieur peut être ainsi pompée vers le bassin supérieur en période d’excès d’énergie et être ensuite turbinée vers le réservoir inférieur en période de demande d’énergie. Il faudrait développer ce type de stockage pour obtenir une meilleure régulation. »

En conclusion, M.C. Marghem a cependant admis qu’à l’heure actuelle, la vision du Gouvernement quant au mix énergétique d’avenir n’est pas encore établie. C’est à elle qu’il incombe de faire une proposition et de la faire accepter par le Gouvernement. 

La salle, par ses applaudissements, a montré qu’elle lui faisait pleinement confiance pour y arriver.

La-Ministre-Marghem-à-La-Louvière-6-12-2014

Laisser une réponse

Le MCC est une composante du MR

MCC, Mouvement des Citoyens pour le Changement - Rue de la Vallée, 50 - 1000 Bruxelles - Tél: 02/642 29 99 - Fax: 02/642 29 90

Protection de la vie privée Tous droits réservés sur les différents logos et images utilisés sur le site internet sont la propriété exclusive du MCC, Mouvement des Citoyens pour le Changement. 
Toutes autres sociétés et produits cités sur ce site sont la propriété de leurs propriétaires respectifs.